lundi 11 mai 2009

Samedi, en fin d'après-midi...

... sous un soleil normand de mai, Mamie Braffais nous a guidés dans son "légumier", qu'un parisien appellerait potager, où elle entretient ses petits pois, haricots verts, pommes de terre, échalotes...
Il y a là bas, au pied d'un poirier, un endroit qui ne sera jamais bêché ou piétiné par les vaches.
C'est là que repose Canadou, dans ce lieu qui a vu notre mariage et verra les premières semaines de notre bébé cet été.

nous_mariage.JPG

PS- J'avais oublié Chat-sans-pattes, quand il faisait froid et qu'il lui fallait mettre ses extrémités au chaud contre le ventre.
PPS- Et puis re-journée de grève et de manif jeudi 14, parce que la grosse Roselyne nous fait vraiment suer.

dimanche 3 mai 2009

Canadou.

Mais aussi Chaton, Chatounet, Chatounix, Kanakrok, Chaton-chat, Bébé-chat, Baby-cat, Caton, Catounet, Chat-coeur, Chat-soleil, Chat-saucisse, Catty-cat...

Canadou 21 avril

Des années et pas mal d'imagination lui avaient attribué mille surnoms.
Une semaine après son départ, reste une maison désespérément vide. Des amis et une famille incroyables qui ont choyé les deux naufragés que nous sommes. Un bébé à venir à qui nous avons expliqué toute notre tristesse.

La vie avance malgré tout, nous prenons pied dans notre quartier, je change de stage, Guillaume avance dans ses projets, le futur s'organise et prend la forme de petits vêtements en coton doux.

dimanche 26 avril 2009

Le plus dur...

... je crois, sera de perdre toutes ces innombrables habitudes :

  • entendre son miaulement en montant l'escalier de l'immeuble, surtout quand nous rentrions tard
  • le voir nous recevoir (la position d'accueil, on appelait ça) : allongé sur le dos, à demander des caresses
  • ses échappées dans l'escalier de l'immeuble, à sentir les plinthes, les halls...
  • le prendre dans nos bras et frotter son menton contre sa tête
  • servir soi-même de matelas humain, allongé sur le canapé
  • entendre ses petits pas sur le parquet, le matin quand il venait nous réveiller et plonger avec nous dans le lit
  • le retrouver plusieurs heures plus tard à la même place dans le lit, voire dans la housse de la couette
  • l'admirer, si beau, prendre le soleil, perché sur son fameux arbre
  • et puis ce grand appartement qui devient si froid sans lui, ce royaume qu'il n'aura pas eu le temps de tout à fait maîtriser...

Il nous restera de lui un stock de photos et des millions de souvenirs. Canadou est parti samedi après midi, emporté par un lymphome, découvert fin janvier et qui s'est réveillé ces derniers jours. Il n'allait avoir que six ans, une vie de famille à quatre s'ouvrait devant nous. Ce sera donc à trois.

Je passe sur la douleur qui nous consume en ce moment. Il représentait notre vie de jeunes adultes, notre indépendance. On aurait voulu qu'il poursuive le chemin avec nous, vers notre vie de jeunes parents. Notre année 2009 promettait d'être superbe. Elle le sera certainement, mais voilée de noir.

Pour terminer, un mot trouvé ici :

... Un être qui était à moi autant que j'étais à lui, et dont l'amour est un don, qui avait renié l'indépendance féline comme j'avais renoncé pour lui à la liberté totale. Que ceux qui pensent "ce n'est qu'un chat" aillent crever dans un coin sombre, tout de suite. C'était MON chat, et je l'aimais.

C'était notre chat, et nous l'aimions.