jeudi 21 août 2008

Les photos du voyage !

nous Elles sont ici, y'en a 500 (dont certaines sont l'œuvre d'Étienne et de Quentin, merci à eux) : http://picasaweb.google.co.uk/guillaume.gogo/NigerEtBurkinaFaso

Rayon bonne nouvelle du retour, finalement Sarah n'a pas le palu comme nous l'avons craint le dernier jour. D'ailleurs il est l'heure que je la rejoigne dans les bras de Morphée et le confort de nos draps si doux. :)

Mise à jour. Si, comme belle-maman et moi, vous appréciez les couchers de soleil en fond d'écran, voici une petite sélection de photos au format original :

mardi 19 août 2008

Niamey, le 18 août

carte burkina Veille de départ pour Paris.

Nous venons de rentrer de notre escapade au Burkina Faso, le "pays des hommes intègres". Quand on n'y connait rien, comme nous, on pourrait penser que deux pays aussi voisins et qui se débattent au fin fond du classement des pays développés se ressemblent forcément. En fait pas tellement : il y a des poubelles au Burkina Faso (qu'on ne trouve pas au Niger), davantage d'industries, de publicités, beaucoup plus d'arbres, de meilleurs cars. Cet été, il y avait 24 équipes compas au Burkina, contre 2 au Niger.

Côté face, les burkinabés sont un peu moins simples que les nigériens dans leur relation avec les "blancs", plus collants aussi... Bref une nouvelle culture à rencontrer.

burkina Nous y avons passé une petite semaine :

  • Arrivée dans la capitale Ouagadougou, qui nous a paru un peu froide et terriblement agitée. Le centre ville a été plus ou moins rasé ces dernières années pour laisser place à de futurs et improbables immeubles, ce qui ne contribue pas à lui donner du charme...
  • Un passage dans la "capitale culturelle" Bobo-Dioulasso, où nous avons dormi sur le béton du local des scouts locaux. La ville est notamment connue pour sa superbe mosquée (photo de gauche).

burkina mob

  • Deux jours à Banfora, où nous avons profité des dortoirs du local des scouts locaux (c'est mieux !), d'où nous sommes partis en excursion pendant deux jours en mobylette jusqu'aux portes de la Côte d'Ivoire (voir les pics de Sindou notamment).

Demain, ce sont donc les dernières emplettes avant le départ. Un peu de tristesse à l'idée de quitter ce doux cocon de Niamey, mais toutes les bonnes choses ont une fin.

lundi 11 août 2008

Niamey, le 10 août

burkina Le 8 nous sommes bien allés voir les girafes, comme Sarah l'indiquait dans son message. C'est stupéfiant de voir ces si beaux animaux gambader ainsi en liberté (la première que nous avons vu traversait la route nationale, tranquille...).

Hier et aujourd'hui, nous avons passé un week-end merveilleux sur une pirogue, en remontée du fleuve Niger. Rencontre avec une poignée de familles d'hippopotames, baignade dans le fleuve (voir la photo de gauche), le cliquetis de l'eau qui berce l'oreille, la lecture de nos différents bouquins (1984 en l'occurrence pour moi ; nous lisons beaucoup c'est vraiment chouette)... Etienne avait raison : assurément un des meilleurs moments de ce voyage.

Sarah a vécu coup sur coup ses deux premières nuits à la belle étoile, mais celle-ci -sur la plage et sous moustiquaire- a été sans difficultés plus agréable que celle au bord de la route. :) Trop de photos superbes pour les mettre toutes ici (je pose quelques vignettes en bas de ce message).

Après-demain nous partirons probablement pour le Burkina Faso (Ouagadougou, Bobo, etc.), pour ce qui sera notre dernière excursion. Nous nous félicitons tous les jours d'être venus ici. Le pays est superbe, et même lorsqu'ils sont très pauvres, les nigériens sont gentils et accueillants. Le retour en France va faire tout drôle.

Merci à tous de nous donner des nouvelles ici. Merci à Jérémie pour la maison, à Pierre, Elise et Marie pour le chat.


vendredi 8 août 2008

Niamey, le 8 août

Sarah :

Bonjour tous

Nous voilà revenus de notre périple dans l'est du pays... Qui fut quelque peu épique ! Surtout les 24 heures en car pour parcourir les 1000 km du retour, avec bivouac le long de la route en prime...

Mais que de souvenirs !! Pique nique dans une forêt de baobabs... visite de la vieille ville de Zinder... et ce matin, à peine de retour de Niamey, rencontre avec des girafes dans la dernière réserve d'Afrique de l'Ouest ! En résumé, nous allons bien, sommes en bonne forme et ravis de n'être qu'à la moitié du séjour !!

Pour la suite, nous allons passer le week end à venir sur une pirogue le long du fleuve Niger à roupiller et bouquiner, et imaginer notre prochaine escapade : Gao au Mali ou Ouaga au Burkina Faso.

"Bonne arrivée !" - comme on dit ici - à Jacqueline (Australie) et Mamita et Papito (Cap d'Agde)... Pour Jérémie, comment va Paris et notre petit appartement ?

Bon mois d'août ensoleillé à tous...

Guillaume :

Petit zoom sur le trajet en car de Zinder à Niamey. Les deux villes sont distantes d'un millier de kilomètres environ, la chaussée est défoncée, on s'attendait à une quinzaine d'heures de route. Contrairement à notre voyage aller (en deux étapes) où nous étions partis chaque fois avec deux heures de retard, nous sommes partis à peu près à l'heure (6h du matin), ce qui nous rendait raisonnablement optimistes. Et pourtant.

Le moteur du véhicule dans lequel nous nous étions entassés (trois sièges, larges d'une petite cinquantaine de cm, à gauche du couloir, deux à droite) était en fait littéralement cramé (plus jamais je ne dirai de mal de la Micra de Patricia !). Nous cumulions du retard dans chaque côte et à chaque pause, deux fois plus longues qu'à la normale (pour reposer le moteur ?). A la tombée de la nuit (19h30 ici), alors que nous ne pouvons plus tuer le temps en lisant, il reste un tiers de la route. Il faut se rendre à l'évidence, nous arriverons... tard. Le sommeil nous gagne, c'est toujours ça de pris.

Le coup de théâtre a lieu vers 1h du matin : le car s'arrête dans un lieu désert, qui semble être à 30 km de Niamey (au loin on voit la lueur d'une grande ville). On sort un peu déphasés, pour apprendre que nous sommes arrêtés par la gendarmerie ! Un décret récent interdit en effet la circulation des cars après minuit. Pour notre sécurité on nous demande donc de... dormir sur le bas-côté de la route, sans eau, sans nourriture, sans moustiquaire, en attendant le lever du soleil.

La situation est complément absurde (le car compte au moins une dizaine d'enfants) mais personne ne moufte, sauf F-X (c'est son côté magistrat). En vain bien sûr : le gendarme applique la loi, le chauffeur applique ce que lui dit le gendarme, etc. Après une nuit courte et agitée nous repartons. Nous étions bien à 30 km de la capitale...

vendredi 1 août 2008

Niamey, 1er août

dune Sarah : merci à tous ceux qui m'ont écrit pour me souhaiter un joyeux anniversaire (par mail, facebook ou le blog...) Ca m'a vraiment touché ! Malheureusement je ne peux pas répondre à chacun individuellement, les minutes d'internet à peu près rapide étant comptées...

Ici nous avons fait un pique nique d'anniversaire sur une grande dune de sable, à 20 km de Niamey, c'était absolument magique ! Taboulé et crumble de mangue maison... avec des bougies s'il vous plaît !

Sinon, tout va bien, la chaleur et le transit un peu accéléré nous fatiguent un peu mais ça va.

Prochaines nouvelles jeudi ou vendredi prochain ;) Merci à Mamita pour la visite à Oberkampf, et à Jérémie qui va reprendre la relève ! (ouh la la je mets la pression).

Guillaume : demain nous partons pour Maradi où nous rejoignons un camp scout (et, remarque destinée à Camille, les compagnons de Rueil de l'ami Seb) pour la fête de l'indépendance, puis nous partirons quelques jours à Zinder. Zinder est une grande ville du centre du Niger, semble-t-il un lieu d'artisanat et une porte d'entrée sur le désert. Il se pourrait que nous passions deux jours dans le désert, mais ça reste à confirmer. Tout se décide globablement au jour le jour.

Nous cumulons des dizaines de photos chouettes. Pas trop le temps de vous les mettre sur le blog (les connections sont difficiles !), on vous laisse donc le soin d'imaginer.

Bises